Livre des Psaumes (19 / 30)



<< Chapitres précédents , Chapitres suivants >>

Chapitre 91

 

1


Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut Repose à l'ombre du Tout Puissant.


2
Je dis à l'Éternel : Mon refuge et ma forteresse, Mon Dieu en qui je me confie !
3
Car c'est lui qui te délivre du filet de l'oiseleur, De la peste et de ses ravages.
4
Il te couvrira de ses plumes, Et tu trouveras un refuge sous ses ailes ; Sa fidélité est un bouclier et une cuirasse.
5
Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour,
6
Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi.
7
Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint ;
8
De tes yeux seulement tu regarderas, Et tu verras la rétribution des méchants.
9
Car tu es mon refuge, ô Éternel ! Tu fais du Très Haut ta retraite.
10
Aucun malheur ne t'arrivera, Aucun fléau n'approchera de ta tente.
11
Car il ordonnera à ses anges De te garder dans toutes tes voies ;
12
Ils te porteront sur les mains, De peur que ton pied ne heurte contre une pierre.
13
Tu marcheras sur le lion et sur l'aspic, Tu fouleras le lionceau et le dragon.
14
Puisqu'il m'aime, je le délivrerai ; Je le protégerai, puisqu'il connaît mon nom.
15
Il m'invoquera, et je lui répondrai ; Je serai avec lui dans la détresse, Je le délivrerai et je le glorifierai.
16
Je le rassasierai de longs jours, Et je lui ferai voir mon salut.

Chapitre 92

 

1


(92 :1) Psaume. Cantique pour le jour du sabbat. (92 :2) Il est beau de louer l'Éternel, Et de célébrer ton nom, ô Très Haut !


2
(92 :3) D'annoncer le matin ta bonté, Et ta fidélité pendant les nuits,
3
(92 :4) Sur l'instrument à dix cordes et sur le luth, Aux sons de la harpe.
4
(92 :5) Tu me réjouis par tes oeuvres, ô Éternel ! Et je chante avec allégresse l'ouvrage de tes mains.
5
(92 :6) Que tes oeuvres sont grandes, ô Éternel ! Que tes pensées sont profondes !
6
(92 :7) L'homme stupide n'y connaît rien, Et l'insensé n'y prend point garde.
7
(92 :8) Si les méchants croissent comme l'herbe, Si tous ceux qui font le mal fleurissent, C'est pour être anéantis à jamais.
8
(92 :9) Mais toi, tu es le Très Haut, A perpétuité, ô Éternel !
9
(92 :10) Car voici, tes ennemis, ô Éternel ! Car voici, tes ennemis périssent ; Tous ceux qui font le mal sont dispersés.
10
(92 :11) Et tu me donnes la force du buffle ; Je suis arrosé avec une huile fraîche.
11
(92 :12) Mon oeil se plaît à contempler mes ennemis, Et mon oreille à entendre mes méchants adversaires.
12
(92 :13) Les justes croissent comme le palmier, Ils s'élèvent comme le cèdre du Liban.
13
(92 :14) Plantés dans la maison de l'Éternel, Ils prospèrent dans les parvis de notre Dieu ;
14
(92 :15) Ils portent encore des fruits dans la vieillesse, Ils sont pleins de sève et verdoyants,
15
(92 :16) Pour faire connaître que l'Éternel est juste. Il est mon rocher, et il n'y a point en lui d'iniquité.

Chapitre 93

 

1


L'Éternel règne, il est revêtu de majesté, L'Éternel est revêtu, il est ceint de force. Aussi le monde est ferme, il ne chancelle pas.


2
Ton trône est établi dès les temps anciens ; Tu existes de toute éternité.
3
Les fleuves élèvent, ô Éternel ! Les fleuves élèvent leur voix, Les fleuves élèvent leurs ondes retentissantes.
4
Plus que la voix des grandes, des puissantes eaux, Des flots impétueux de la mer, L'Éternel est puissant dans les lieux célestes.
5
Tes témoignages sont entièrement véritables ; La sainteté convient à ta maison, O Éternel ! pour toute la durée des temps.

Chapitre 94

 

1


Dieu des vengeances, Éternel ! Dieu des vengeances, parais !


2
Lève-toi, juge de la terre ! Rends aux superbes selon leurs oeuvres !
3
Jusques à quand les méchants, ô Éternel ! Jusques à quand les méchants triompheront-ils ?
4
Ils discourent, ils parlent avec arrogance ; Tous ceux qui font le mal se glorifient.
5
Éternel ! ils écrasent ton peuple, Ils oppriment ton héritage ;
6
Ils égorgent la veuve et l'étranger, Ils assassinent les orphelins.
7
Et ils disent : L'Éternel ne regarde pas, Le Dieu de Jacob ne fait pas attention !
8
Prenez-y garde, hommes stupides ! Insensés, quand serez-vous sages ?
9
Celui qui a planté l'oreille n'entendrait-il pas ? Celui qui a formé l'oeil ne verrait-il pas ?
10
Celui qui châtie les nations ne punirait-il point, Lui qui donne à l'homme l'intelligence ?
11
L'Éternel connaît les pensées de l'homme, Il sait qu'elles sont vaines.
12
Heureux l'homme que tu châties, ô Éternel ! Et que tu instruis par ta loi,
13
Pour le calmer aux jours du malheur, Jusqu'à ce que la fosse soit creusée pour le méchant !
14
Car l'Éternel ne délaisse pas son peuple, Il n'abandonne pas son héritage ;
15
Car le jugement sera conforme à la justice, Et tous ceux dont le coeur est droit l'approuveront.
16
Qui se lèvera pour moi contre les méchants ? Qui me soutiendra contre ceux qui font le mal ?
17
Si l'Éternel n'était pas mon secours, Mon âme serait bien vite dans la demeure du silence.
18
Quand je dis : Mon pied chancelle ! Ta bonté, ô Éternel ! me sert d'appui.
19
Quand les pensées s'agitent en foule au dedans de moi, Tes consolations réjouissent mon âme.
20
Les méchants te feraient-ils siéger sur leur trône, Eux qui forment des desseins iniques en dépit de la loi ?
21
Ils se rassemblent contre la vie du juste, Et ils condamnent le sang innocent.
22
Mais l'Éternel est ma retraite, Mon Dieu est le rocher de mon refuge.
23
Il fera retomber sur eux leur iniquité, Il les anéantira par leur méchanceté ; L'Éternel, notre Dieu, les anéantira.

Chapitre 95

 

1


Venez, chantons avec allégresse à l'Éternel ! Poussons des cris de joie vers le rocher de notre salut.


2
Allons au-devant de lui avec des louanges, Faisons retentir des cantiques en son honneur !
3
Car l'Éternel est un grand Dieu, Il est un grand roi au-dessus de tous les dieux.
4
Il tient dans sa main les profondeurs de la terre, Et les sommets des montagnes sont à lui.
5
La mer est à lui, c'est lui qui l'a faite ; La terre aussi, ses mains l'ont formée.
6
Venez, prosternons-nous et humilions-nous, Fléchissons le genou devant l'Éternel, notre créateur !
7
Car il est notre Dieu, Et nous sommes le peuple de son pâturage, Le troupeau que sa main conduit... Oh ! si vous pouviez écouter aujourd'hui sa voix !
8
N'endurcissez pas votre coeur, comme à Meriba, Comme à la journée de Massa, dans le désert,
9
Où vos pères me tentèrent, M'éprouvèrent, quoiqu'ils vissent mes oeuvres.
10
Pendant quarante ans j'eus cette race en dégoût, Et je dis : C'est un peuple dont le coeur est égaré ; Ils ne connaissent pas mes voies.
11
Aussi je jurai dans ma colère : Ils n'entreront pas dans mon repos !

<< Chapitres précédents , Chapitres suivants >>