Livre de Job (7 / 9)



<< Chapitres précédents , Chapitres suivants >>

Chapitre 31

 

1


J'avais fait un pacte avec mes yeux, Et je n'aurais pas arrêté mes regards sur une vierge.


2
Quelle part Dieu m'eût-il réservée d'en haut ? Quel héritage le Tout Puissant m'eût-il envoyé des cieux ?
3
La ruine n'est-elle pas pour le méchant, Et le malheur pour ceux qui commettent l'iniquité ?
4
Dieu n'a-t-il pas connu mes voies ? N'a-t-il pas compté tous mes pas ?
5
Si j'ai marché dans le mensonge, Si mon pied a couru vers la fraude,
6
Que Dieu me pèse dans des balances justes, Et il reconnaîtra mon intégrité !
7
Si mon pas s'est détourné du droit chemin, Si mon coeur a suivi mes yeux, Si quelque souillure s'est attachée à mes mains,
8
Que je sème et qu'un autre moissonne, Et que mes rejetons soient déracinés !
9
Si mon coeur a été séduit par une femme, Si j'ai fait le guet à la porte de mon prochain,
10
Que ma femme tourne la meule pour un autre, Et que d'autres la déshonorent !
11
Car c'est un crime, Un forfait que punissent les juges ;
12
C'est un feu qui dévore jusqu'à la ruine, Et qui aurait détruit toute ma richesse.
13
Si j'ai méprisé le droit de mon serviteur ou de ma servante Lorsqu'ils étaient en contestation avec moi,
14
Qu'ai-je à faire, quand Dieu se lève ? Qu'ai-je à répondre, quand il châtie ?
15
Celui qui m'a créé dans le ventre de ma mère ne l'a-t-il pas créé ? Le même Dieu ne nous a-t-il pas formés dans le sein maternel ?
16
Si j'ai refusé aux pauvres ce qu'ils demandaient, Si j'ai fait languir les yeux de la veuve,
17
Si j'ai mangé seul mon pain, Sans que l'orphelin en ait eu sa part,
18
Moi qui l'ai dès ma jeunesse élevé comme un père, Moi qui dès ma naissance ai soutenu la veuve ;
19
Si j'ai vu le malheureux manquer de vêtements, L'indigent n'avoir point de couverture,
20
Sans que ses reins m'aient béni, Sans qu'il ait été réchauffé par la toison de mes agneaux ;
21
Si j'ai levé la main contre l'orphelin, Parce que je me sentais un appui dans les juges ;
22
Que mon épaule se détache de sa jointure, Que mon bras tombe et qu'il se brise !
23
Car les châtiments de Dieu m'épouvantent, Et je ne puis rien devant sa majesté.
24
Si j'ai mis dans l'or ma confiance, Si j'ai dit à l'or : Tu es mon espoir ;
25
Si je me suis réjoui de la grandeur de mes biens, De la quantité des richesses que j'avais acquises ;
26
Si j'ai regardé le soleil quand il brillait, La lune quand elle s'avançait majestueuse,
27
Et si mon coeur s'est laissé séduire en secret, Si ma main s'est portée sur ma bouche ;
28
C'est encore un crime que doivent punir les juges, Et j'aurais renié le Dieu d'en haut !
29
Si j'ai été joyeux du malheur de mon ennemi, Si j'ai sauté d'allégresse quand les revers l'ont atteint,
30
Moi qui n'ai pas permis à ma langue de pécher, De demander sa mort avec imprécation ;
31
Si les gens de ma tente ne disaient pas : Où est celui qui n'a pas été rassasié de sa viande ?
32
Si l'étranger passait la nuit dehors, Si je n'ouvrais pas ma porte au voyageur ;
33
Si, comme les hommes, j'ai caché mes transgressions, Et renfermé mes iniquités dans mon sein,
34
Parce que j'avais peur de la multitude, Parce que je craignais le mépris des familles, Me tenant à l'écart et n'osant franchir ma porte...
35
Oh ! qui me fera trouver quelqu'un qui m'écoute ? Voilà ma défense toute signée : Que le Tout Puissant me réponde ! Qui me donnera la plainte écrite par mon adversaire ?
36
Je porterai son écrit sur mon épaule, Je l'attacherai sur mon front comme une couronne ;
37
Je lui rendrai compte de tous mes pas, Je m'approcherai de lui comme un prince.
38
Si ma terre crie contre moi, Et que ses sillons versent des larmes ;
39
Si j'en ai mangé le produit sans l'avoir payée, Et que j'aie attristé l'âme de ses anciens maîtres ;
40
Qu'il y croisse des épines au lieu de froment, Et de l'ivraie au lieu d'orge ! Fin des paroles de Job.

Chapitre 32

 

1


Ces trois hommes cessèrent de répondre à Job, parce qu'il se regardait comme juste.


2
Alors s'enflamma de colère Élihu, fils de Barakeel de Buz, de la famille de Ram. Sa colère s'enflamma contre Job, parce qu'il se disait juste devant Dieu.
3
Et sa colère s'enflamma contre ses trois amis, parce qu'ils ne trouvaient rien à répondre et que néanmoins ils condamnaient Job.
4
Comme ils étaient plus âgés que lui, Élihu avait attendu jusqu'à ce moment pour parler à Job.
5
Mais, voyant qu'il n'y avait plus de réponse dans la bouche de ces trois hommes, Élihu s'enflamma de colère.
6
Et Élihu, fils de Barakeel de Buz, prit la parole et dit : Je suis jeune, et vous êtes des vieillards ; C'est pourquoi j'ai craint, j'ai redouté De vous faire connaître mon sentiment.
7
Je disais en moi-même : Les jours parleront, Le grand nombre des années enseignera la sagesse.
8
Mais en réalité, dans l'homme, c'est l'esprit, Le souffle du Tout Puissant, qui donne l'intelligence ;
9
Ce n'est pas l'âge qui procure la sagesse, Ce n'est pas la vieillesse qui rend capable de juger.
10
Voilà pourquoi je dis : Écoute ! Moi aussi, j'exposerai ma pensée.
11
J'ai attendu la fin de vos discours, J'ai suivi vos raisonnements, Votre examen des paroles de Job.
12
Je vous ai donné toute mon attention ; Et voici, aucun de vous ne l'a convaincu, Aucun n'a réfuté ses paroles.
13
Ne dites pas cependant : En lui nous avons trouvé la sagesse ; C'est Dieu qui peut le confondre, ce n'est pas un homme !
14
Il ne s'est pas adressé directement à moi : Aussi lui répondrai-je tout autrement que vous.
15
Ils ont peur, ils ne répondent plus ! Ils ont la parole coupée !
16
J'ai attendu qu'ils eussent fini leurs discours, Qu'ils s'arrêtassent et ne sussent que répliquer.
17
A mon tour, je veux répondre aussi, Je veux dire aussi ce que je pense.
18
Car je suis plein de paroles, L'esprit me presse au dedans de moi ;
19
Mon intérieur est comme un vin qui n'a pas d'issue, Comme des outres neuves qui vont éclater.
20
Je parlerai pour respirer à l'aise, J'ouvrirai mes lèvres et je répondrai.
21
Je n'aurai point égard à l'apparence, Et je ne flatterai personne ;
22
Car je ne sais pas flatter : Mon créateur m'enlèverait bien vite.

Chapitre 33

 

1


Maintenant donc, Job, écoute mes discours, Prête l'oreille à toutes mes paroles !


2
Voici, j'ouvre la bouche, Ma langue se remue dans mon palais.
3
C'est avec droiture de coeur que je vais parler, C'est la vérité pure qu'exprimeront mes lèvres :
4
L'esprit de Dieu m'a créé, Et le souffle du Tout Puissant m'anime.
5
Si tu le peux, réponds-moi, Défends ta cause, tiens-toi prêt !
6
Devant Dieu je suis ton semblable, J'ai été comme toi formé de la boue ;
7
Ainsi mes terreurs ne te troubleront pas, Et mon poids ne saurait t'accabler.
8
Mais tu as dit à mes oreilles, Et j'ai entendu le son de tes paroles :
9
Je suis pur, je suis sans péché, Je suis net, il n'y a point en moi d'iniquité.
10
Et Dieu trouve contre moi des motifs de haine, Il me traite comme son ennemi ;
11
Il met mes pieds dans les ceps, Il surveille tous mes mouvements.
12
Je te répondrai qu'en cela tu n'as pas raison, Car Dieu est plus grand que l'homme.
13
Veux-tu donc disputer avec lui, Parce qu'il ne rend aucun compte de ses actes ?
14
Dieu parle cependant, tantôt d'une manière, Tantôt d'une autre, et l'on n'y prend point garde.
15
Il parle par des songes, par des visions nocturnes, Quand les hommes sont livrés à un profond sommeil, Quand ils sont endormis sur leur couche.
16
Alors il leur donne des avertissements Et met le sceau à ses instructions,
17
Afin de détourner l'homme du mal Et de le préserver de l'orgueil,
18
Afin de garantir son âme de la fosse Et sa vie des coups du glaive.
19
Par la douleur aussi l'homme est repris sur sa couche, Quand une lutte continue vient agiter ses os.
20
Alors il prend en dégoût le pain, Même les aliments les plus exquis ;
21
Sa chair se consume et disparaît, Ses os qu'on ne voyait pas sont mis à nu ;
22
Son âme s'approche de la fosse, Et sa vie des messagers de la mort.
23
Mais s'il se trouve pour lui un ange intercesseur, Un d'entre les mille Qui annoncent à l'homme la voie qu'il doit suivre,
24
Dieu a compassion de lui et dit à l'ange : Délivre-le, afin qu'il ne descende pas dans la fosse ; J'ai trouvé une rançon !
25
Et sa chair a plus de fraîcheur qu'au premier âge, Il revient aux jours de sa jeunesse.
26
Il adresse à Dieu sa prière ; et Dieu lui est propice, Lui laisse voir sa face avec joie, Et lui rend son innocence.
27
Il chante devant les hommes et dit : J'ai péché, j'ai violé la justice, Et je n'ai pas été puni comme je le méritais ;
28
Dieu a délivré mon âme pour qu'elle n'entrât pas dans la fosse, Et ma vie s'épanouit à la lumière !
29
Voilà tout ce que Dieu fait, Deux fois, trois fois, avec l'homme,
30
Pour ramener son âme de la fosse, Pour l'éclairer de la lumière des vivants.
31
Sois attentif, Job, écoute-moi ! Tais-toi, et je parlerai !
32
Si tu as quelque chose à dire, réponds-moi ! Parle, car je voudrais te donner raison.
33
Si tu n'as rien à dire, écoute-moi ! Tais-toi, et je t'enseignerai la sagesse.

Chapitre 34

 

1


Élihu reprit et dit :


2
Sages, écoutez mes discours ! Vous qui êtes intelligents, prêtez-moi l'oreille !
3
Car l'oreille discerne les paroles, Comme le palais savoure les aliments.
4
Choisissons ce qui est juste, Voyons entre nous ce qui est bon.
5
Job dit : Je suis innocent, Et Dieu me refuse justice ;
6
J'ai raison, et je passe pour menteur ; Ma plaie est douloureuse, et je suis sans péché.
7
Y a-t-il un homme semblable à Job, Buvant la raillerie comme l'eau,
8
Marchant en société de ceux qui font le mal, Cheminant de pair avec les impies ?
9
Car il a dit : Il est inutile à l'homme De mettre son plaisir en Dieu.
10
Écoutez-moi donc, hommes de sens ! Loin de Dieu l'injustice, Loin du Tout Puissant l'iniquité !
11
Il rend à l'homme selon ses oeuvres, Il rétribue chacun selon ses voies.
12
Non certes, Dieu ne commet pas l'iniquité ; Le Tout Puissant ne viole pas la justice.
13
Qui l'a chargé de gouverner la terre ? Qui a confié l'univers à ses soins ?
14
S'il ne pensait qu'à lui-même, S'il retirait à lui son esprit et son souffle,
15
Toute chair périrait soudain, Et l'homme rentrerait dans la poussière.
16
Si tu as de l'intelligence, écoute ceci, Prête l'oreille au son de mes paroles !
17
Un ennemi de la justice régnerait-il ? Et condamneras-tu le juste, le puissant,
18
Qui proclame la méchanceté des rois Et l'iniquité des princes,
19
Qui n'a point égard à l'apparence des grands Et ne distingue pas le riche du pauvre, Parce que tous sont l'ouvrage de ses mains ?
20
En un instant, ils perdent la vie ; Au milieu de la nuit, un peuple chancelle et périt ; Le puissant disparaît, sans la main d'aucun homme.
21
Car Dieu voit la conduite de tous, Il a les regards sur les pas de chacun.
22
Il n'y a ni ténèbres ni ombre de la mort, Où puissent se cacher ceux qui commettent l'iniquité.
23
Dieu n'a pas besoin d'observer longtemps, Pour qu'un homme entre en jugement avec lui ;
24
Il brise les grands sans information, Et il met d'autres à leur place ;
25
Car il connaît leurs oeuvres. Ils les renverse de nuit, et ils sont écrasés ;
26
Il les frappe comme des impies, A la face de tous les regards.
27
En se détournant de lui, En abandonnant toutes ses voies,
28
Ils ont fait monter à Dieu le cri du pauvre, Ils l'ont rendu attentif aux cris des malheureux.
29
S'il donne le repos, qui répandra le trouble ? S'il cache sa face, qui pourra le voir ? Il traite à l'égal soit une nation, soit un homme,
30
Afin que l'impie ne domine plus, Et qu'il ne soit plus un piège pour le peuple.
31
Car a-t-il jamais dit à Dieu : J'ai été châtié, je ne pécherai plus ;
32
Montre-moi ce que je ne vois pas ; Si j'ai commis des injustices, je n'en commettrai plus ?
33
Est-ce d'après toi que Dieu rendra la justice ? C'est toi qui rejettes, qui choisis, mais non pas moi ; Ce que tu sais, dis-le donc !
34
Les hommes de sens seront de mon avis, Le sage qui m'écoute pensera comme moi.
35
Job parle sans intelligence, Et ses discours manquent de raison.
36
Qu'il continue donc à être éprouvé, Puisqu'il répond comme font les méchants !
37
Car il ajoute à ses fautes de nouveaux péchés ; Il bat des mains au milieu de nous, Il multiplie ses paroles contre Dieu.

Chapitre 35

 

1


Élihu reprit et dit :


2
Imagines-tu avoir raison, Penses-tu te justifier devant Dieu,
3
Quand tu dis : Que me sert-il, Que me revient-il de ne pas pécher ?
4
C'est à toi que je vais répondre, Et à tes amis en même temps.
5
Considère les cieux, et regarde ! Vois les nuées, comme elles sont au-dessus de toi !
6
Si tu pèches, quel tort lui causes-tu ? Et quand tes péchés se multiplient, que lui fais-tu ?
7
Si tu es juste, que lui donnes-tu ? Que reçoit-il de ta main ?
8
Ta méchanceté ne peut nuire qu'à ton semblable, Ta justice n'est utile qu'au fils de l'homme.
9
On crie contre la multitude des oppresseurs, On se plaint de la violence d'un grand nombre ;
10
Mais nul ne dit : Où est Dieu, mon créateur, Qui inspire des chants d'allégresse pendant la nuit,
11
Qui nous instruit plus que les bêtes de la terre, Et nous donne l'intelligence plus qu'aux oiseaux du ciel ?
12
On a beau crier alors, Dieu ne répond pas, A cause de l'orgueil des méchants.
13
C'est en vain que l'on crie, Dieu n'écoute pas, Le Tout Puissant n'y a point égard.
14
Bien que tu dises que tu ne le vois pas, Ta cause est devant lui : attends-le !
15
Mais, parce que sa colère ne sévit point encore, Ce n'est pas à dire qu'il ait peu souci du crime.
16
Ainsi Job ouvre vainement la bouche, Il multiplie les paroles sans intelligence.

<< Chapitres précédents , Chapitres suivants >>