Livre du prophète Esaïe (5 / 14)



<< Chapitres précédents , Chapitres suivants >>

Chapitre 21

 

1


Oracle sur le désert de la mer. Comme s'avance l'ouragan du midi, Il vient du désert, du pays redoutable.


2
Une vision terrible m'a été révélée. L'oppresseur opprime, le dévastateur dévaste. -Monte, Élam ! Assiège, Médie ! Je fais cesser tous les soupirs. -
3
C'est pourquoi mes reins sont remplis d'angoisses ; Des douleurs me saisissent, Comme les douleurs d'une femme en travail ; Les spasmes m'empêchent d'entendre, Le tremblement m'empêche de voir.
4
Mon coeur est troublé, La terreur s'empare de moi ; La nuit de mes plaisirs devient une nuit d'épouvante.
5
On dresse la table, la garde veille, on mange, on boit... Debout, princes ! oignez le bouclier !
6
Car ainsi m'a parlé le Seigneur : Va, place la sentinelle ; Qu'elle annonce ce qu'elle verra. -
7
Elle vit de la cavalerie, des cavaliers deux à deux, Des cavaliers sur des ânes, des cavaliers sur des chameaux ; Et elle était attentive, très attentive.
8
Puis elle s'écria, comme un lion : Seigneur, je me tiens sur la tour toute la journée, Et je suis à mon poste toutes les nuits ;
9
Et voici, il vient de la cavalerie, des cavaliers deux à deux ! Elle prit encore la parole, et dit : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, Et toutes les images de ses dieux sont brisées par terre ! -
10
O mon peuple, qui as été battu comme du grain dans mon aire ! Ce que j'ai appris de l'Éternel des armées, Dieu d'Israël, Je vous l'ai annoncé.
11
Oracle sur Duma. On me crie de Séir : Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? Sentinelle, que dis-tu de la nuit ?
12
La sentinelle répond : Le matin vient, et la nuit aussi. Si vous voulez interroger, interrogez ; Convertissez-vous, et revenez.
13
Oracle sur l'Arabie. Vous passerez la nuit dans les broussailles de l'Arabie, Caravanes de Dedan !
14
Portez de l'eau à ceux qui ont soif ; Les habitants du pays de Théma Portent du pain aux fugitifs.
15
Car ils fuient devant les épées, Devant l'épée nue, devant l'arc tendu, Devant un combat acharné.
16
Car ainsi m'a parlé le Seigneur : Encore une année, comme les années d'un mercenaire, Et c'en est fait de toute la gloire de Kédar.
17
Il ne restera qu'un petit nombre des vaillants archers, fils de Kédar, Car l'Éternel, le Dieu d'Israël, l'a déclaré.

Chapitre 22

 

1


Oracle sur la vallée des visions. Qu'as-tu donc, que tout ton peuple monte sur les toits ?


2
Ville bruyante, pleine de tumulte, Cité joyeuse ! Tes morts ne périront pas par l'épée, Ils ne mourront pas en combattant.
3
Tous tes chefs fuient ensemble, Ils sont faits prisonniers par les archers ; Tous tes habitants deviennent à la fois captifs, Tandis qu'ils prennent au loin la fuite.
4
C'est pourquoi je dis : Détournez de moi les regards, Laissez-moi pleurer amèrement ; N'insistez pas pour me consoler Du désastre de la fille de mon peuple.
5
Car c'est un jour de trouble, d'écrasement et de confusion, Envoyé par le Seigneur, l'Éternel des armées, Dans la vallée des visions. On démolit les murailles, Et les cris de détresse retentissent vers la montagne.
6
Élam porte le carquois ; Des chars de combattants, des cavaliers, s'avancent ; Kir met à nu le bouclier.
7
Tes plus belles vallées sont remplies de chars, Et les cavaliers se rangent en bataille à tes portes.
8
Les derniers retranchements de Juda sont forcés, Et en ce jour tu visites les armures de la maison de la forêt.
9
Vous regardez les brèches nombreuses faites à la ville de David, Et vous retenez les eaux de l'étang inférieur.
10
Vous comptez les maisons de Jérusalem, Et vous les abattez, pour fortifier la muraille.
11
Vous faites un réservoir entre les deux murs, Pour les eaux de l'ancien étang. Mais vous ne regardez pas vers celui qui a voulu ces choses, Vous ne voyez pas celui qui les a préparées de loin.
12
Le Seigneur, l'Éternel des armées, vous appelle en ce jour A pleurer et à vous frapper la poitrine, A vous raser la tête et à ceindre le sac.
13
Et voici de la gaîté et de la joie ! On égorge des boeufs et l'on tue des brebis, On mange de la viande et l'on boit du vin : Mangeons et buvons, car demain nous mourrons ! -
14
L'Éternel des armées me l'a révélé : Non, ce crime ne vous sera point pardonné que vous ne soyez morts, Dit le Seigneur, l'Éternel des armées.
15
Ainsi parle le Seigneur, l'Éternel des armées : Va vers ce courtisan, Vers Schebna, gouverneur du palais :
16
Qu'y a-t-il à toi ici, et qui as-tu ici, Que tu creuses ici un sépulcre ? Il se creuse un sépulcre sur la hauteur, Il se taille une demeure dans le roc !
17
Voici, l'Éternel te lancera d'un jet vigoureux ; Il t'enveloppera comme une pelote,
18
Il te fera rouler, rouler comme une balle, Sur une terre spacieuse ; Là tu mourras, là seront tes chars magnifiques, O toi, l'opprobre de la maison de ton maître !
19
Je te chasserai de ton poste, L'Éternel t'arrachera de ta place.
20
En ce jour-là, J'appellerai mon serviteur Éliakim, fils de Hilkija ;
21
Je le revêtirai de ta tunique, je le ceindrai de ta ceinture, Et je remettrai ton pouvoir entre ses mains ; Il sera un père pour les habitants de Jérusalem Et pour la maison de Juda.
22
Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David : Quand il ouvrira, nul ne fermera ; Quand il fermera, nul n'ouvrira.
23
Je l'enfoncerai comme un clou dans un lieu sûr, Et il sera un siège de gloire pour la maison de son père.
24
Il sera le soutien de toute la gloire de la maison de son père, Des rejetons nobles et ignobles, De tous les petits ustensiles, Des bassins comme des vases.
25
En ce jour, dit l'Éternel des armées, Le clou enfoncé dans un lieu sûr sera enlevé, Il sera abattu et tombera, Et le fardeau qui était sur lui sera détruit, Car l'Éternel a parlé.

Chapitre 23

 

1


Oracle sur Tyr. Lamentez-vous, navires de Tarsis ! Car elle est détruite : plus de maisons ! plus d'entrée ! C'est du pays de Kittim que la nouvelle leur en est venue.


2
Soyez muets d'effroi, habitants de la côte, Que remplissaient les marchands de Sidon, parcourant la mer !
3
A travers les vastes eaux, le blé du Nil, La moisson du fleuve, était pour elle un revenu ; Elle était le marché des nations.
4
Sois confuse, Sidon ! Car ainsi parle la mer, la forteresse de la mer : Je n'ai point eu de douleurs, je n'ai point enfanté, Je n'ai point nourri de jeunes gens, ni élevé de jeunes filles.
5
Quand les Égyptiens sauront la nouvelle, Ils trembleront en apprenant la chute de Tyr.
6
Passez à Tarsis, Lamentez-vous, habitants de la côte !
7
Est-ce là votre ville joyeuse ? Elle avait une origine antique, Et ses pieds la mènent séjourner au loin.
8
Qui a pris cette résolution contre Tyr, la dispensatrice des couronnes, Elle dont les marchands étaient des princes, Dont les commerçants étaient les plus riches de la terre ?
9
C'est l'Éternel des armées qui a pris cette résolution, Pour blesser l'orgueil de tout ce qui brille, Pour humilier tous les grands de la terre.
10
Parcours librement ton pays, pareille au Nil, Fille de Tarsis ! Plus de joug !
11
L'Éternel a étendu sa main sur la mer ; Il a fait trembler les royaumes ; Il a ordonné la destruction des forteresses de Canaan.
12
Il a dit : Tu ne te livreras plus à la joie, Vierge déshonorée, fille de Sidon ! Lève-toi, passe au pays de Kittim ! Même là, il n'y aura pas de repos pour toi.
13
Vois les Chaldéens, qui n'étaient pas un peuple, Ces habitants du désert, pour qui l'Assyrien a fondé un pays ; Ils élèvent des tours, ils renversent les palais de Tyr, Ils les mettent en ruines.
14
Lamentez-vous, navires de Tarsis ! Car votre forteresse est détruite !
15
En ce temps-là, Tyr tombera dans l'oubli soixante-dix ans, Ce que dure la vie d'un roi. Au bout de soixante-dix ans, il en sera de Tyr Comme de la prostituée dont parle la chanson : -
16
Prends la harpe, parcours la ville, Prostituée qu'on oublie ! Joue bien, répète tes chants, Pour qu'on se souvienne de toi ! -
17
Au bout de soixante-dix ans, l'Éternel visitera Tyr, Et elle retournera à son salaire impur ; Elle se prostituera à tous les royaumes de la terre, Sur la face du monde.
18
Mais son gain et son salaire impur seront consacrés à l'Éternel, Ils ne seront ni entassés ni conservés ; Car son gain fournira pour ceux qui habitent devant l'Éternel Une nourriture abondante et des vêtements magnifiques.

Chapitre 24

 

1


Voici, l'Éternel dévaste le pays et le rend désert, Il en bouleverse la face et en disperse les habitants.


2
Et il en est du sacrificateur comme du peuple, Du maître comme du serviteur, De la maîtresse comme de la servante, Du vendeur comme de l'acheteur, Du prêteur comme de l'emprunteur, Du créancier comme du débiteur.
3
Le pays est dévasté, livré au pillage ; Car l'Éternel l'a décrété.
4
Le pays est triste, épuisé ; Les habitants sont abattus, languissants ; Les chefs du peuple sont sans force.
5
Le pays était profané par ses habitants ; Car ils transgressaient les lois, violaient les ordonnances, Ils rompaient l'alliance éternelle.
6
C'est pourquoi la malédiction dévore le pays, Et ses habitants portent la peine de leurs crimes ; C'est pourquoi les habitants du pays sont consumés, Et il n'en reste qu'un petit nombre.
7
Le moût est triste, la vigne est flétrie ; Tous ceux qui avaient le coeur joyeux soupirent.
8
La joie des tambourins a cessé, la gaîté bruyante a pris fin, La joie de la harpe a cessé.
9
On ne boit plus de vin en chantant ; Les liqueurs fortes sont amères au buveur.
10
La ville déserte est en ruines ; Toutes les maisons sont fermées, on n'y entre plus.
11
On crie dans les rues, parce que le vin manque ; Toute réjouissance a disparu, L'allégresse est bannie du pays.
12
La dévastation est restée dans la ville, Et les portes abattues sont en ruines.
13
Car il en est dans le pays, au milieu des peuples, Comme quand on secoue l'olivier, Comme quand on grappille après la vendange.
14
Ils élèvent leur voix, ils poussent des cris d'allégresse ; Des bords de la mer, ils célèbrent la majesté de l'Éternel.
15
Glorifiez donc l'Éternel dans les lieux où brille la lumière, Le nom de l'Éternel, Dieu d'Israël, dans les îles de la mer ! -
16
De l'extrémité de la terre nous entendons chanter : Gloire au juste ! Mais moi je dis : Je suis perdu ! je suis perdu ! malheur à moi ! Les pillards pillent, et les pillards s'acharnent au pillage.
17
La terreur, la fosse, et le filet, Sont sur toi, habitant du pays !
18
Celui qui fuit devant les cris de terreur tombe dans la fosse, Et celui qui remonte de la fosse se prend au filet ; Car les écluses d'en haut s'ouvrent, Et les fondements de la terre sont ébranlés.
19
La terre est déchirée, La terre se brise, La terre chancelle.
20
La terre chancelle comme un homme ivre, Elle vacille comme une cabane ; Son péché pèse sur elle, Elle tombe, et ne se relève plus.
21
En ce temps-là, l'Éternel châtiera dans le ciel l'armée d'en haut, Et sur la terre les rois de la terre.
22
Ils seront assemblés captifs dans une prison, Ils seront enfermés dans des cachots, Et, après un grand nombre de jours, ils seront châtiés.
23
La lune sera couverte de honte, Et le soleil de confusion ; Car l'Éternel des armées régnera Sur la montagne de Sion et à Jérusalem, Resplendissant de gloire en présence de ses anciens.

Chapitre 25

 

1


O Éternel ! tu es mon Dieu ; Je t'exalterai, je célébrerai ton nom, Car tu as fait des choses merveilleuses ; Tes desseins conçus à l'avance se sont fidèlement accomplis.


2
Car tu as réduit la ville en un monceau de pierres, La cité forte en un tas de ruines ; La forteresse des barbares est détruite, Jamais elle ne sera rebâtie.
3
C'est pourquoi les peuples puissants te glorifient, Les villes des nations puissantes te craignent.
4
Tu as été un refuge pour le faible, Un refuge pour le malheureux dans la détresse, Un abri contre la tempête, Un ombrage contre la chaleur ; Car le souffle des tyrans Est comme l'ouragan qui frappe une muraille.
5
Comme tu domptes la chaleur dans une terre brûlante, Tu as dompté le tumulte des barbares ; Comme la chaleur est étouffée par l'ombre d'un nuage, Ainsi ont été étouffés les chants de triomphe des tyrans.
6
L'Éternel des armées prépare à tous les peuples, sur cette montagne, Un festin de mets succulents, Un festin de vins vieux, De mets succulents, pleins de moelle, De vins vieux, clarifiés.
7
Et, sur cette montagne, il anéantit le voile qui voile tous les peuples, La couverture qui couvre toutes les nations ;
8
Il anéantit la mort pour toujours ; Le Seigneur, l'Éternel, essuie les larmes de tous les visages, Il fait disparaître de toute la terre l'opprobre de son peuple ; Car l'Éternel a parlé.
9
En ce jour l'on dira : Voici, c'est notre Dieu, en qui nous avons confiance, Et c'est lui qui nous sauve ; C'est l'Éternel, en qui nous avons confiance ; Soyons dans l'allégresse, et réjouissons-nous de son salut !
10
Car la main de l'Éternel repose sur cette montagne ; Et Moab est foulé sur place, Comme la paille est foulée dans une mare à fumier.
11
Au milieu de cette mare, il étend ses mains, Comme le nageur les étend pour nager ; Mais l'Éternel abat son orgueil, Et déjoue l'artifice de ses mains.
12
Il renverse, il précipite les fortifications élevées de tes murs, Il les fait crouler à terre, jusque dans la poussière.

<< Chapitres précédents , Chapitres suivants >>